Accueil Business & Diversification Nouveaux marchés Lettre ouverte à Arnault Dumas de Rauly

Lettre ouverte à Arnault Dumas de Rauly

lettre-ouverte

Monsieur,

Vous êtes le Président de la Fédération interprofessionnelle de la Vape (FIVAPE).

Nous nous sommes croisés sur un plateau télé et je me souviens qu’a l’issue de ce débat, vous m’avez dit que ce genre de débat ne servait à rien et que vous préfériez discuter de la normalisation avec le Professeur Daudzenberg. Je vous avais alors répondu que tous les débats me semblaient utiles et que, comme distributeur, j’étais favorable à la normalisation, sans pour autant avoir de compétences sur ce sujet.

Pendant ce débat, j’avais rappelé que la FIVAPE remplaçait une autre association professionnelle (CACE) et que le principale objectif de ce maquillage était d’enlever du langage le mot « cigarette » qui aurait pu être politiquement nuisible.  Il est vrai que votre nouvel ami n’est pas très ouvert d’esprit lorsqu’on parle tabac ou cigarette…

Dans le Figaro d’hier, commentant une étude sur la cigarette électronique,  vous vous empressez de citer le rapport de l’OFT (dont le « patron n’est autre que le Professeur Dautzenberg) qui est connu pour une impartialité très relative, pour affirmer que sur les 2.5 millions de vapoteurs, 1 million a arrêté de fumer. Pour le coup, sur ce chiffre ,les sources ne sont pas citées… Sont-ce des arrêts comparables à mes débuts de régime aussi nombreux qu’inefficaces? Ou bien a-t-on clairement constaté la disparition de 1 million de fumeurs de façon définitive?

Parce que, soyons clairs, si ce produit est aussi efficace à long terme contre le tabagisme et si son objet est de lutter contre le tabac, il conviendrait de le classifier dans une catégorie des médicaments dans la mesure ou un accompagnement « scientifique » serait plus fiable que les conseils d’apprentis sorciers distillés dans de nombreuses officines de cigarettes électroniques… Pardon de magasins de vapoteuses, puisque le mot de cigarettes vous écorche désormais la gorge.

Mais au fait, qu’est ce que la vape? cet objet dont vous êtes le président de la fédération interprofessionnelle? Dans le Petit Robert, le Littré et le Larousse, je n’ai rien trouvé… je me suis dit qu’une encyclopédie participative devrait m’en dire plus… las, Wikipédia n’en dit mot… tout juste en tapant le mot « vapoteuse », il renvoie vers un article concernant la cigarette électronique.

Alors, pourquoi cette charge contre vous en ce jour?

Parce que vous nous refusez à nous, buralistes ou industriels du tabac d’être aussi des professionnels de la cigarette électronique. Parce que vos fumeuses (vapeuses???) alliances vous font penser qu’un industriel du tabac ou un buraliste ne sont pas fréquentables. Vous pensez qu’un industriel du tabac -qui est capable de mettre des millions en recherche et développement- ne mérite pas votre considération et vous semblez penser qu’un buraliste est un intrus avec lequel il n’y a pas intérêt à débattre.

Oui mais voilà, un quart des achats de cigarettes électroniques passe par les buralistes et ces mêmes buralistes sont approvisionnés par des entreprises membres de la FIVAPE. Il est vrai que nous sommes petits face aux clients de votre entreprise « FatSmoke » qui distribue aussi ses produits chez Carrefour, Leclerc, Système U ou Amazon…

Alors que vous soyez altermondialiste de circonstance en refusant le droit à une multinationale du tabac -dont les activités sont légales et encadrées- de s’ouvrir à de nouvelles opportunités de marchés, c’est votre droit, mais que vous, entrepreneur responsable,  attaquiez en permanence la filière des buralistes et les 27000 points de ventes pérennes qui s’approvisionnent potentiellement auprès de vos adhérents, je trouve cela choquant. Surtout à un moment ou de nombreuses boutiques de vapoteuses ferment faute de modèle économique fiable ou de prévisionnel pertinent présenté par certains franchiseurs…

 

Cyrille Geiger

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Nouveaux marchés
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Je suis un gentil client

La semaine dernière j’ai beaucoup parlé de l’expérience clients. Bernard Boutb…