Accueil Actualité professionnelle Vie militante 5000 visiteurs… Et le dialogue s’engage

5000 visiteurs… Et le dialogue s’engage

Merci aux quelques 5000 visiteurs qui ont consulté plus de 9000 pages de mon blog en quelques mois. Merci en particulier aux collègues qui me contactent par mail pour échanger des points de vue ou me faire part de leurs divergences de point de vue.

Cette fenetre d’expression que j’ai ouverte n’a pas vocation à véhiculer une pensée unique que je cherche à imposer mais a présenter mes points de vues et analyses pour en discuter comme nous le faisons avec certains d’entre vous et au final, proposer un engagement syndical qui correspond aux attentes de mes collegues.

Parmi les reproches que je lis le plus souvent, c’est que ni notre organisation ni moi n’avons une ligne assez dure et beaucoup de buralistes demandent des actions plus spectaculaires. Cette attente je l’entends et la partage bien souvent. Se pose la limite de la mobilisation des buralistes qui sont souvent la corde au cou et ne peuvent pas se permettre de fermer quelques heures ou plus pour venir manifester à Barbes ou devant les locaux de la Française des Jeux ou encore devant un centre Leclerc qui propose les jeux et la presse.

Mais au delà de ces limites, c’est surtout l’état de désarroi des buralistes qui me fait peur. J’ai une vraie crainte du moment ou un collègue qui n’a plus rien a perdre et fera peut être quelque chose d’irréparable.

Mes collegues, unanimement nous demande un syndicalisme efficace et demandent aussi à voir des résultats concrets. Il est vrai que la situation de notre réseau fait oublier les guerres gagnées par  Pascal Montredon au niveau national avec le Contrat d’Avenir ou les négociations avec la française des Jeux qui ont conduit à des augmentations de rémunération des buralistes. Mais,la crise est là et la contrebande aussi. Avec la lutte contre le tabagisme, ces faits rendent notre métier de plus en plus difficile. Noue devons aller encore plus loin et nous mobiliser, tous, pour l’amelioration de notre réseau.

Les franciliens se sentent parfois exclus de la cause syndicale car on ne parle que des frontaliers et des ruraux. Gerard Bohelay travaille beaucoup à soutenir des collègues en grande difficulté et nous sommes conscients que parmi les 10000 buralistes qui ont disparu depuis 2002, un trop grand nombre vient de notre fédération si touchée par la contrebande de Barbes et des « quartiers ».

Nous ne prenons pas toujours le chemin espéré par nos mandants, mais je veux rassurer tous mes collègues: notre diagnostique n’est pas minimisé, il est clairvoyant. Mais nous faisons avec nos moyens, l’implication des élus de la profession est totale, mais elle doit trouver un relai auprès de tous les buralistes parce que la cause est commune et surtout, n’oublions pas que le « syndicats », ce n’est pas « vous », « ils » ou « eux », ce sont des buralistes qui accordent du temps à leurs collègues et à leur profession… Le syndicat c’est NOUS.

Merci de votre fidele lecture,

Amicalement,

Cyrille Geiger

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Vie militante
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Le masque générique fait mouche

Après les bonnets rouges et autres pigeons, manifestations de mécontentements économiques …