Accueil Actualité professionnelle Revue de presse Cash réflexions…n’est pas de Funes qui veut!

Cash réflexions…n’est pas de Funes qui veut!

le-gendarme-de-saint-tropez-1964-6995-889621371

Il y a beaucoup de commentaires sur l’émission d’Elise Lucet. Je souhaite apporter ma petite contribution à ces commentaires.

1/ L’émission crie au scandale de la manipulation à coup de millions d’euros des industriels du tabac mais il convient de rappeler que l’activité de lobbyiste existe légalement et qu’elle est réglementée. Ce n’est pas la première fois qu’on entend parler de textes proposés par des filières et présentés in extenso par un élu. Cash Investigation laisse à penser que c’est une méthode exclusive à l’industrie du tabac alors qu’elle est pratiquée par nombres d’autres secteurs comme l’énergie, la pharmacie, l’agriculture ou même des producteurs de vins par exemple.

2/ L’émission démontre avec beaucoup de clairvoyance que les industriels du tabac investissent beaucoup d’argent en formations pour défendre leurs marques. Quelle somme le paquet neutre va-t-il rapporter aux industriels du tabac s’ils apportent la preuve qu’ils protègent a renfort de lourds investissements leurs marques? Cash Investigation démontre que les industriels dépensent beaucoup d’argent pour protéger leurs marques en aidant les autorités à traquer la contrefaçon.

3/ Là encore, l’émission tend à expliquer que ces pratiques sont choquantes alors même que les fleurons du luxe français pratiquent exactement de la même sorte pour protéger leurs marques qui valent bien plus que les produits. Louis Vuitton par exemple participe activement à la formation des douaniers pour détecter les faux produits qui nuisent à l’image de la marque. Et c’est normal.

4/ Je ne cesse de le répéter, les industriels du tabac sont avant tout des industriels, des multinationales, dont l’activité est normée. S’ils franchissent la ligne jaune, il est normal qu’ils soient sanctionnés mais nombre d’accusations relèvent de la mise en scène plus que de l’infraction…

Elise Lucet, en en faisant des caisses, se prend pour Louis de Funes dans le Gendarme de Saint Tropez lorsqu’il dessine lui même la ligne continue sur la route pour inventer des effractions fictives ou lorsqu’il court après des nudistes parce que c’est sa lubie du moment.

N’est pas comique qui veut.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Revue de presse
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Paquet générique: Pascal Montredon reçu ce jour par Marisol Touraine

Le microcosme médiatique s’emballe sur l’annonce des Echo qui affirme que les …