Accueil Business & Diversification Nouveaux marchés Nicotine: Et si on s’entendait sur une vente « de comptoir »?

Nicotine: Et si on s’entendait sur une vente « de comptoir »?

Mon blog suscite beaucoup de réaction dès que j’aborde le sujet sensible de la distribution des e-cigarettes.

J’ai longtemps défendu le monopole des buralistes sur ce produit, considérant avec bonne foi et conviction qu’il répondait à la définition des produits du monopole. Les jurisprudences et surtout les positions politiques  semblent considérer que ce n’est pas le cas. J’en prends acte.

Je reste sceptique sur l’équilibre économique des boutiques mono-produit au vu des loyers et charges et du volume généré par le marché de la cigarette électronique. Ce n’est pas une position dogmatique mais une analyse de la situation globale avec notamment le développement des ventes exotiques dans la grande distribution, les solderies, stations essence et autre sites de déstockage.

C’est le travail de conseil et de prévention, mais aussi la qualité des produits qui et en jeu. Je le disais il y a quelques jours ici-même, le marché se contracte. Lorsqu’un marché devient tendu, il y a un écrémage naturel d’un marché. Les opportunistes s’en vont vers de nouvelles opportunités, les mauvais s’affaiblissent puis ferment et seuls les meilleurs et les plus motivés continuent à avoir un business rentable et donc viable.

Aussi, à un moment ou il y a un grand travail de normalisation entre les fabricants et l’Etat, je propose que les produits contenant de la nicotine soient réservés à une vente dite « de comptoir » ou assistée. Autrement dit, je propose que les produits à base de nicotine ne puissent plus être proposés en libre service, répondant en particulier au besoin de ne pas vendre aux mineurs.

Comme à mon habitude, je ne publierai pas les commentaires, mais je souhaite avoir l’avis des vapoteurs et autres professionnels de la cigarette électronique sur ce sujet. Mes positions sont parfois contestées, parfois acceptées. Parfois, je les fais évoluer au vu des arguments qui me sont opposés s’ils me semblent sensés.

Merci à celles et ceux qui participent de façon constructive au débat de la normalisation du marché de la cigarette électronique. Je veux dire ici encore et encore, que je suis un acteur de ce marché, parfois minoritaire dans mes positions, mais jamais un opposant à la cigarette électronique. Je ne suis pas un fabricant ou un importateur, je suis un distributeur et à ce titre un acteur de la cigarette électronique.

Certains vapoteurs ne veulent plus entrer dans un bureau de tabac. J’entends ce point de vue et le respecte. D’autres apprécient de continuer à fréquenter leur commerçant de proximité pour leurs produits de vapotage et je tâche de répondre au mieux à leurs demandes. Ils méritent aussi d’être compris par une communauté de vapoteurs. Et, au delà de l’avis des consommateurs qui veulent légitimement plus et mieux, nous, acteurs de la cigarette électronique, devons trouver un modèle de distribution fiable et rentable. Sans quoi, ce marché disparaitra en pourrissant de l’intérieur. Et une fois encore, c’est un avis, pas une incantation.

Alors, au delà des postures et quelques saillies caustiques alimentées par des médias demandeurs, je lirai avec attention les commentaires faisant part de positions constructives sur ma proposition.

Cyrille Geiger.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Nouveaux marchés
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Gouverner, l’art de la fausse bonne idée

Etes vous comme moi et pensez vous que la plupart des réformes partent de bonnes intention…