Accueil Actualité professionnelle Réflexions sur les ouvertures PMU hors réseau des buralistes.

Réflexions sur les ouvertures PMU hors réseau des buralistes.

pmu city

Le Monde du Tabac s’est fait l’écho d’une rencontre entre Christian Eckert, Secrétaire d’Etat au Budget et Xavier Hürstel, jeune nouveau dirigeant du PMU. Le site revient sur les ouvertures d’espaces PMU City gérés directement par le PMU.

J’avoue avoir été sollicité il y a déjà quelques mois par un collègue sur ces ouvertures PMU City par une société appartenant au PMU. Ces espaces sont censés co-exister avec le réseau actuel de détaillants et visent à enrayer le désamour pour les paris hippiques. Ils sont pourtant souvent situés à proximité immédiate de certains de leurs distributeurs. C’est encore le cas avec le PMU City qui vient d’ouvrir dans le 2eme arrondissement de Paris juste à coté de la place de l’Opéra. Car la problématique du PMU et de la FDJ se situe bien souvent en zone urbaine comme Paris, ou les loyers sont particulièrement élevés.

Nous sommes obligés de pousser un coup de gueule: Les opérateurs de jeux (Française des Jeux & PMU) ne cessent de dire aux buralistes qu’ils ne sont pas assez nombreux pour assurer leur maillage commercial. Ils nous disent que les buralistes qu’ils contactent ne veulent pas faire leurs activités. Et c’est souvent vrai. Nous avons du mal à convaincre des buralistes d’élargir leur activité au jeu. Et pour cause: la rémunération proposée par les opérateurs n’est souvent pas suffisante pour couvrir les charges commerciales comme le loyer ou la masse salariale nécessaire.

Le 27 aout 2014, j’écrivais ici même un billet intitulé « FDJ: Et si ce n’était pas rentable? » J’aurai bien sur pu parler de l’activité des paris hippiques. L’ouverture en direct des PMU City en est une démonstration affligeante: La commission normale proposée par l’opérateur à ses détaillants ne permettrait pas de faire vivre ces grandes et belles structures au cœur de quartiers prestigieux de métropoles régionales (droit au bail et loyer y sont prohibitifs). De fait, le PMU, en sur-subventionnant ses activités au cœur des villes via sa filiale qui exploite PMU City, admet que la rémunération proposée à ses détaillants n’est pas suffisante pour trouver un modèle économique viable au vu de l’évolution des charges des entreprises.

Je ne doute pas qu’on va encore me parler du fait qu’on fait vivre la (très riche) filière hippique. Mais plutôt que d’asphyxier un peu plus ses détaillants en leur venant en concurrence frontale, le PMU pourrait envisager, avec la filière hippique et lEtat, de rendre l’équation économique attirante pour de détaillants.

A bon entendeur…

Cyrille Geiger

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Actualité professionnelle
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Jackpot de 10 millions au loto de ce samedi

La FDJ propose une cagnotte de 10 millions d’euros minimum au tirage du loto du same…