Pick (pocket) Up Service

3D worker delivering a package

Je viens d’apprendre que la société Pick Up Services a baissé de 30% la rémunération des buralistes et diffuseurs de presse qui proposent son offre de relais colis . Rappelons que Pick Up gère des flux Chronopost, Colissimo et DPD entre autres pour le compte de plus de 6000 sites de vente à distance dont Venteprivée.com, Nespresso, Cdiscount.com ou Darty par exemple. Certaines prestations incluent un échange de matériel comme pour Canal Plus.

Pick Up rémunère désormais le commerçant à hauteur de « 35 cts HT en moyenne ». Des variables qui incluent les retour de marchandise par exemple. Ce prix inclus la réception des colis, leur tri, stockage et distribution après identification de la personne qui vient retirer son objet. C’est 30 cts (40cts avant) pour les colis de moins d’un kilo et 87cts (1,5€ avant) pour un coli de 20kg.

PickUp Services, avec un turnover important de commerçants, ne se pose pas la question de la pertinence de sa grille de rémunération qui explique en grande partie le désamour des commerçants de proximité pour ce service à faible valeur ajoutée et chronophage. Mieux encore, considérant certainement que ce service enrichit trop les commerçants, PickUp Services décide de revoir brusquement la grille de rémunération. Je ne suis pas certain que le coût logistique et de maintenance des consignes PickUp Stations installées dans les gares et bureaux de Poste ne soit pas supérieurs à la rémunération du commerçant!

Il faudra un jour que nos partenaires SOURDS D’OREILLE, comprennent que le modèle économique d’un commerce ne passe pas que par le flux mais AUSSI PAR LA RENTABILITÉ GÉNÉRÉE PAR CE FLUX.

Au même titre que le contrat d’avenir, il serait bon que la Confé mette un peu le nez dans ces affaires! En effet, PickUp Service est au final une sorte d’antichambre d’un bureau de Poste avec les colis Colissimo et Chronopost. Si ces tâches n’intéressent plus les personnes payées pour le faire, comment imaginer qu’elles vont intéresser les personnes (presque pas) payées qui ont le choix de le faire ou non.

Nous savons que le modèle économique des sites de e-commerce réside dans la maitrise des coûts logistiques et en particulier du dernier kilomètre. Cependant, les logisticiens doivent aussi réfléchir à une rémunération acceptable pour gérer avec convivialité l’expérience d’achat de leurs donneurs d’ordre. La qualité de cette expérience d’achat passe par les moyens mis à dispositions du dernier intermédiaire qu’est le commerçants stockeur distributeur.

Comment imaginer la satisfaction du client si ce dernier doit faire de longs trajets pour trouver un relais… simplement parce que plus personne ne veut faire le job dans les conditions proposées… Pick up annonce que 95% de la population se situe à moins de 15minutes d’un point de contact… y compris aux heures de pointe quand les clients veulent récupérer leur colis?

Au fait, de façon indirecte ou directe… l’actionnaire principal de cette entreprise est… l’État Français!

A bon entendeur…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Nouveaux marchés
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Ce n’est pas de la vapeur…

L’OMS a tranché en donnant un avis sur la cigarette électronique. L’émission s…