Hidalgo m’a tuer

hidalgo voiture

« Quand la ville tue la proximité » aurait aussi pu être le titre de cet article.

Je me lève, les infos me bousculent, comme d’habitude… Le Parisien m’annonce les projets de Anne la verte, BFM donne la parole à Michel Edouard Leclerc qui veut redonner du pouvoir d’achat aux français… et moi… et moi… et moi???

Anne Hidalgo ne cesse de le dire: elle n’aime pas les parisiens les voitures. Ainsi, après avoir privatisé la police du stationnement pour la rendre plus productive (de la à penser que la fonction publique du stationnement n’est pas productive…), la maire de Paris annonce qu’au 1er janvier 2018, l’amende pour stationnement non réglé passera de 17 euros à 35 euros dans les arrondissements populaires et de 17 à 50 euros dans les arrondissements du centre de Paris.

Vous voulez faire une journée shopping dans le centre de Paris? Avec des achats, des sacs et des cadeaux? Pas de problème Anne a prévu un forfait journalier (enfin 7h de stationnement) pour 50 euros. Oui vous avez bien lu, maintenant chaque journée de shopping est imposé à hauteur de 50 euros par jour. Parce que soyons honnêtes, quand on fait des achats un peu volumineux, quand on choisit de faire vivre les commerces de centre ville, le métro n’est pas des plus adaptés.

Oh! des arguments politiques de bon sens sont bien développés: stationnement ventouse, fraude gna gna gna… Mais la vraie vie de la ville? Pas un mot sur la nécessité de maintenir un tissus économique dans les centres villes. Quand les centres Leclerc proposent des dizaines de milliers de places de parking gratuits et entretenus, les maires des villes capitales s’évertuent à faire sortir la voiture de la ville.

Vous me suivez… dans le Parisien, Anne Hidalgo dit aux franciliens d’aller voir ailleurs si elle y est et sur BFM, Leclerc leur dit qu’il veut bien les accueillir pour améliorer leur pouvoir d’achat.

Face à la démagogie politique, il y a toujours un opportuniste pour profiter des idées démagos et s’en mettre un peu plus dans les poches.

Bien entendu, il ne s’agit pas ici de dire qu’il ne faut rien faire contre la pollution. Peut être faut il même réduire la place de la voiture. Mais la démagogie politique consiste à étouffer le système: fermeture des voies sur berges, réduction de la rue de Rivoli pour la mise en place d’une double piste cyclable, augmentation massive du coût du stationnement… et la liste ne s’arrête pas là.

En revanche, la mise en place de moyens de transport en bon état et non saturés ne sont pas à l’ordre du jour. Il est évident que les maires de France ne prennent pas souvent les transports en commun aux heures de pointe. Parce que l’alternative proposée par Anne Hidalgo à la voiture, ce sont des rames de métro ultra saturées donc non confortables.

Si on n’a pas le choix pour aller travailler que de fréquenter ces bétaillères, le jour ou l’on veut en profiter pour faire du shopping loisir, on veut aussi un peu de confort. Je pose aussi ici la question du stress au travail lorsqu’on doit déjà pratiquer 2 heures de transport parisien dans des conditions qu’aucun médecin du travail ne trouverai acceptable. Parce que le trajet domicile-travail est une partie intégrante du lien de l’employé à l’entreprise.

Madame Hidalgo, même si je ne partage pas votre surenchère écolo, j’ai toujours su apprécier que vous êtes maire de la ville plutôt que candidate à l’autre chose d’après. Mais votre ville se meurt. Vous dites ne pas vouloir de ville dortoir quand vous parlez de AirBnB, mais toute votre politique vise à dégouter les parisiens de la ville.

Bien entendu que nous sommes tous heureux de pouvoir nous balader au milieu des Champs-Elysées une fois par mois ou sur les berges de Seine aux beaux jours, mais nous devons aussi pouvoir vivre au quotidien dans notre ville. Nous devons pouvoir fréquenter nos commerces de proximité sans être surtaxés en permanence.

Le commerce de centre ville n’est pas fait que de multinationales nourries aux passe-droits ni de franchises. Il y a aussi vos petits commerçants et artisans. Ces gens qui créent le lien social dans le poumon de la cité. Ces gens qui savent qui est la personne âgée qui habite à coté et qui sont capables de bienveillance lors des pics de pollution ou de canicule.

Tuer la ville vous attirera certainement des votes bobobonneconscience, mais cela ne créera pas une cité ou il fait bon vivre. Scléroser la ville, c’est obliger les parisiens à sortir pour mettre leur voiture sur ces parkings de centres commerciaux et y faire leurs achats sans passer par la case ville. A force d’écolobobologie, vous créez cette ville dortoir que vous décriez.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Vie professionnelle
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

En deuil… encore

  Juste envie de dire notre émotion et notre soutien aux forces de l’ordre pour…