Mais caisse qu’ils font?

devlyx

Voila bien une rumeur surprenante qui circule sur les réseaux sociaux relayée par le généralement bien informé « Buraliste en Colère »: La Confédération Nationale des Buralistes, après avoir acheté la société Promodern, serait sur le point d’investir dans le fabricant de caisses Devlyx.

Chacun sait que je suis un ancien élu syndical et que je continue à défendre l’action de notre Confédération dans ses actions pour le bénéfice de nos commerces. Je sais que tous les buralistes ne partagent pas mon point de vue, mais je sais aussi  la dévotion et le temps passé à défendre l’intérêt d’une profession alors qu’il serait plus aisé de défendre un petit intérêt personnel.

Mais là, j’avoue avoir du mal à cerner l’intérêt d’une telle opération pour les buralistes. Devlyx n’étant pas fournisseur de produits dématérialisés (sous traités en partenariat avec Ingénico Prepaid Services), j’ai du mal à imaginer la valeur ajoutée de cette opération. L’un des rares leviers pour baisser le coût des systèmes d’encaissement est de les faire financer tout ou partie par les grossistes de produits dématérialisés. C’était le modèle économique de Bimédia lors de son lancement… déjà avec la Confé à l’époque. Et sous réserve de cette valeur ajoutée pour la profession, j’ai du mal à comprendre l’intérêt de l’acquisition de cette opérateur de caisse par notre organisation syndicale.

Autant Promodern pouvait avoir du sens dans une logique d’accompagnement à la modernisation des points de vente (reste à voir ce que l’agenceur proposera surement lors du prochain LosangExpo), autant, si cette information se confirme, Devlyx ne semble pas avoir dans ses cartons de quoi révolutionner l’encaissement des buralistes face aux poids lourds du secteur comme BiMédia et  Strator ou aux émergeant comme Aléda (par ailleurs partenaire de la Coopérative des Buralistes).

Il ne s’agit pas pour moi de critiquer les appareils Devlyx qui ont largement fait leur preuve dans le réseau des buralistes et diffuseurs de presse mais bien de comprendre l’intérêt pour notre Confédération d’intégrer dans son giron ce type d’entreprises.

Je ne poste quasi jamais de rumeurs ici mais les informations croisées que j’ai collectées relèvent désormais plutôt du faisceau d’indices. De fait, mes interrogations ne valent que s’ ils s’avèrent confirmés. Et comme de nombreux collègues, j’ai besoin de pédagogie de la part de nos élus pour expliquer ces nouvelles orientations.

A l’heure des combats syndicaux contre le paquet à 10 euros et après l’échec de l’arrivée du paquet neutre, les nombreux buralistes adhérents ont besoin de comprendre les choix d’investissements de notre syndicat. L’entrepreneur que je suis ne peut qu’adhérer à une certaine dynamique entrepreneuriale qui vise a construire un patrimoine pour les générations futures de buralistes. Mais cet entrepreneur a aussi besoin de comprendre comment ses cotisations sont gérées et peut être même plus d’adhérer aux projets.

De trop nombreux collègues ne comprennent pas les choix faits au point de se détourner de notre syndicat.

Le militant que je suis aime à rappeler que sans ce syndicat, sans ces femmes et ces hommes qui luttent pour l’intérêt commun, nous ne serions pas 25000 mais peut être seulement 15 000 aujourd’hui… et encore!

De fait, cet article n’a pas vocation à dire le contraire de ce que j’ai toujours dit et il n’est pas question pour moi de dénigrer l’action syndicale qui est bien plus difficile que l’action qui consiste à tout critiquer car la critique n’est que trop rarement constructive.

Dans cette logique de construction commune de la Maison des Buralistes, Cher Pascal Montredon, cher(s) candidat(s) à sa succession pour présider la Confédération, écoutez la voix de ces buralistes qui ne comprennent pas la voie prise. Si vous êtes convaincus de certains choix, il est indispensable que la plus grande partie des buralistes de France soient aussi convaincus. Il en va de votre capacité à nous convaincre. C’est la condition de la réussite de ces projets. Et si la confédération doit faire des choix entrepreneuriaux, il s’agit avant tout de faire des choix d’entreprises sociales, au sens ou elles ont pour but premier d’améliorer la condition du buraliste au quotidien.

Dites nous et démontrez nous que les choix faits vont bien dans ce sens.

Je sais que cet article ne va pas plaire à tout le monde, mais il est bien du devoir des amis de dire ce qu’ils pensent. Mon amitié est grande et sincère.

Cyrille Geiger

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Vie militante
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

10000 visiteurs

Je me faisais une joie de fêter prochainement les 10000 visiteurs uniques de ce blog consa…