Accueil Actualité professionnelle Vie militante On ne veut plus payer pour ces irresponsables

On ne veut plus payer pour ces irresponsables

IMG_0267

C’est le nouveau créneau des anti-tabac les plus virulents. En cumulant un coût social au coût présumé lié au soin des maladies attribuables au tabac, ces militants les plus virulents arrivent à la conclusion que les 80% de taxe prélevées sur le tabac ne couvrieraient pas le coût des fumeurs à la Société.

Vous l’aurez compris, il faut tuer les fumeurs parce qu’ils coûtent trop chers du fait de leur irresponsabilité. Et tant qu’a faire un génocide des fumeurs, autant aussi trucider les buralistes et toute la fillière tabac de l’agriculteur au commercial.

On est au comble de la démagogie.

Pourquoi ne pas tuer aussi ces automobilistes qui polluent la planète et ces salopards de croisièristes qui polluent les océans.

Ah, il faut aussi tuer les personnes qui achètent des produits importés au coût carbone hallucinant, les buveurs d’alcool (même modérés), buveurs de sodas, avaleurs de sucres lents et rapides… autant dire que je ne suis plus vivant a ce stade du tri sélectif organisé par les hygiénistes pollueurs de vies.

Donc, ne resteraient en France que les véganes bio consommant sans glutène et se déplaçant à pieds…. trop de propane dans le cul des vaches!

Voila, il faut revenir à la préhistoire pour que nous soyons heureux.

Bien sur mon propos ne vise pas à dire que la tabac est bon pour la santé et que les fumeurs ne doivent pas faire des efforts. Il ne cherche qu’a dire que ces extrémistes hygiénistes sont avant tout des idéalistes déconnectés de la vrai vie, des addictions ou des plaisirs du quotidien tout simplement.

Les anti-tabac stressent tellement les fumeurs et les buralistes qu’ils créent des personnes dépendantes d’anti-anxiolétiques légaux ou non.

Les anti-tabac n’ont visiblement aucun vice, aucun défaut, ils sont parfaits… ils sont quelques centaines a croiser et gonfler les chiffres des adherents des associations qu’ils ont créé. Ils seraient tellement heureux seuls sur terre… jusqu’a ce qu’un d’eux trouve un défaut à un autre en créant une association pour anéantire ce néo-nuisible.

Car les anti-tabac ne construisent rien. Il détruisent. Leur meilleur des mondes est un monde ou ils seraient seuls.

Mon meilleur des mondes n’est pas parfait. Mon meilleur des mondes est un monde de partage et de tolérance; un monde de respect… et les fumeurs ont leur part du chemin à accomplir aussi…; un monde ou tout le monde a sa place avec ses qualités et ses défauts; un monde ou les différences permettent de grandir et d’être heureux, simplement.

Dans mon monde, il y a aussi une place pour les ronchons et anti-tabac… parce que mon monde n’est pas un monde d’exclusion.

Nos politiques orientent nos modes de vie. Vouloir ce monde parfait, c’est faire honneur à ces gens qui ne veulent pas vivre avec les autres, simplement parce que le mieux est l’ennemi du bien. Chaque décision prise par nos élus devrait tourner autour de cela: faire en sorte que notre passage sur terre soit le plus heureux possible, dans le respect de ceux qui nous entourent.

IMG_0267J’invite ceux qui en ont l’envie à lire ce livre d’Aldous Huxley: le Meilleur des Mondes.

C’est un excellent roman d’anticipation dystopique écrit en 1931 qui imagine comment sera le monde de demain autour d’une civilisation imaginaire. Il est passionnant .

Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur. Une dystopie peut également être considérée, entre autres, comme une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie. L’auteur entend ainsi mettre en garde le lecteur en montrant les conséquences néfastes d’une idéologie (ou d’une pratique) présente à notre époque. (Wikipédia)

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Vie militante
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Paquet choc: haro contre notre humiliation

Pascal Montredon a réuni hier les membre du Conseil d’administration de la Confedera…