Notre Drame de la Proximité

18591C37-FFDB-4475-9519-58C9584DE585

Beaucoup connaissent le pamphlet sorti à l’encontre de l’édile Parisienne Anne Hidalgo « Notre Drame de Paris » critiquant vertement la gestion de la ville par l’équipe municipale.

Et bien les premiers (et derniers) commerçants de proximité de France que sont les buralistes pourraient aussi en écrire un tome.

Non seulement sa politique de circulation fait fuire les parisiens et consommateurs vers une périphérie plus accueillante au détriment des commerçants du centre de la ville Capitale, mais en plus la maire de Paris semble souhaiter quasi ouvertement la disparition de nos commerces.

En effet, comme je l’ai déjà écrit ici, depuis le 1er janvier 2018, les buralistes ne peuvent plus encaisser les amendes pour stationnement auxquelles ont été substituées les Forfaits Post Stationnement payables exclusivement sur le site de la ville de Paris… et c’est au buraliste d’expliquer bénévolement non sans se faire engueuler qu’il ne peut plus encaisser les nouveaux PV.

Soyons clairs, le choix de contourner les buralistes a été fait au profit d’un prestataire exclusif qui n’entend pas partager le gâteau juteux qui lui a été emmené sur un plateau par Anne Hidalgo.

De plus, de sources concordantes, je peux affirmer aujourd’hui que la Mairie de Paris a aussi décidé de supprimer les cartes de parking vendues chez les buralistes au profit des cartes bancaires et autres applications de paiement sur téléphone portable.

Autant dire que les parisiens les moins favorisés qui n’ont pas de cartes bancaires n’ont qu’a aller vivre ailleurs. Pour Anne Hidalgo, si on veut avoir une voiture dans Paris, Il faut la CB Infinity black et une Telsa pour l’écologie… une vision assez élitiste de la bobologie.

Pour l’activite économique des buralistes, passez votre chemin, il n’y a pas de plan de communication possible. Anne Hidalgo prefere se concentrer sur les JO et autre cercles des velibs disparus.

Bref, en quelques mois, alors que toute la classe politique applaudit le travail de réinvention et de mutation des buralistes qui veulent être moins dépendants du tabac, Anne Hidalgo s’empresse de leur supprimer une partie de leur activité historique sans avoir pris même la peine d’en informer ni les buralistes ni leurs représentants syndicaux.

Une sorte de démocratie participative.   Mais sans participation ni intéressement!

Bravo l’artiste

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Vie professionnelle
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Des médicaments chez les buralistes.

On n’aurai pas osé l’imaginer et c’est Michele Delaunay qui le propose d…