Vapoter n’est pas jouer…

Il y a beaucoup de débats autour de l’utilisation de la cigarette électronique. Ce marché, encore en forte croissance suscite beaucoup d’appétits au risque de communiquer LE rapport qui prouve le contraire du rapport du petit copain.

Ainsi donc la cigarette électronique ne serait pas nocive, ou du moins, selon Brice Lepoutre, président de ‘AIDUCE, moins dangereuse que le tabac ou l’alcool… voilà bien un élément qui nous rassure… plus ou moins.

Finalement, la seule chose dont on soit vraiment sur, c’est que le fumeur cherche à consommer moins nocif et que la cigarette électronique est une avancée pour ces consommateurs. Je suis toujours aussi perplexe face à ces commentateurs qui s’évertuent à dire un jour les dangers de ce produits et le lendemain les bienfaits alors même que, aucune expérimentation au long cours vient corroborer une thèse plus qu’un autre. Ce qui me choque encore plus, c’est de voir ces boutiques qui affichent sans vergogne des publicités comparative avec des produits du tabac. J’imagine la sortie du professeur D. si j’avais osé mettre ce type d’affichage en devanture.

Et plus grave encore, face à un véritable phénomène de société qui dure depuis plus de 2ans, qui à fait l’objet d’une couverture médiatique impressionnante, les pouvoirs publics restent dans l’expectative dans une perplexité déconcertante. Le juge du tribunal de commerce de Toulouse a considéré que la e-cigarette est un produit du tabac sans ambiguïté. Pourtant les ouvertures de boutiques continuent à se multiplier et leur agressivité commerciale en référence aux produits du tabac ne faiblit pas.

Voilà donc un vrai sujet de Société – Qui peut e-fumer et ou?, Qui peut vendre et quoi?- sur lequel les pouvoirs publics jouent au chat et à la souris. Il n’est pas normal que le ministère de la Santé n’ai pas tranché depuis longtemps sur ces nouveaux usages. Pas normal vis a vis des entrepreneurs – qu’il soient buralistes ou opportunistes de ce filon- qui sont dans l’incertitude économique, pas normal vis à vis des consommateurs qui n’ont aucune réponse quand aux risques d’utilisation de ses nouveaux produits. Une chose est sûre, la cigarette électronique n’est pas un produit de consommation classique.

Je ne peux que me féliciter (même s’il ne m’apprécient pas plus que ça) que la FIVAPE cherche à normer les produits et le métier… Mais est-il normal d’être juge et partie? Comment peut on être fabricant ou distributeur et décider de ses propres normes? Les fabricants de cigarettes traditionnels respectent des normes sanitaires mises en place par les États… Que l’État mette lui même en place une norme pour la cigarette électronique, loin du lobbying de ceux qui ont trop d’intérêt dans une certaine souplesse.

Cyrille Geiger

Buraliste, distributeur mais pas normalisateur.

, ,

À propos de Cyrille Geiger

Cyrille Geiger, 42ans, buraliste à Paris depuis 10 ans. Président des buralistes de Paris Nord. Administrateur de la Confédération Nationale des Buralistes. Président de la commission téléphonie et produits dématérialisés de la confédération. J'assume ma liberté de ton. Ce blog reflète mes points de vue et n'engage que moi. Il ne traite pas de politique ni de santé. Je défends avec mes mots les intérêts économiques et sociaux de ma profession.

Voir tous les articles de Cyrille Geiger

Les commentaires sont fermés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus