Ma ville se meurt… Allô Docteur Leclerc?

29 juillet 2014

1/ Vie professionnelle

Monsieur Leclerc, à force de millions d’euros investis en publicités et lobbying est en train de réussir son paris: faire casser le monopole des pharmaciens. Ah! ce mot fabuleux qui fait peur, le monopole, source de toutes les spéculations et de bien des peurs.

Ainsi donc, l’ouverture à la concurrence ferait baisser drastiquement le prix du paracétamol. Ainsi donc les pharmaciens ne seraient plus les rentiers honteux d’une situation. Ainsi donc on faciliterai la vie du consommateur en lui permettant d’acheter ces médicaments chez Leclerc!

Que répondre? Peut être rappeler la dizaine d’années d’études pour être pharmacien. Peut-être rappeler les services rendus à la population à proximité de son domicile. Peut être rappeler qu’un malade n’est pas un consommateur normal. Peut être rappeler que ce monopole inclut des contraintes comme les gardes de nuit et de week-end (remarquez, monsieur Leclerc serait heureux d’être autorisé à ouvrir ses magasins de nuit et le dimanche sous couvert de la protection de la santé de ses chers consommateurs).

Je veux ici m’adresser à mes technocrates préférés et à mes élus pour leur rappeler que monsieur Leclerc (et ses amis…) ont déjà mis à genoux les centres villes et tué les villages. Les pharmaciens, les boulangers et les buralistes sont les derniers à résister péniblement aux attaques sans vergogne de ces géants de la distribution qui préfèrent payer les hôtesses de caisse à temps partiel au salaire le plus juste… (pardon pour le cynisme).

La grande distribution à voulu faire de la boulangerie…ils avaient presque réussi à nous faire avaler du pain dégueulasse. Heureusement, les boulangers ont su se réinventer en proposant du pain gouteux, croustillant et frais pour nous rappeler que la proximité a du bon. La grande distribution a tué les magasins de presse…. et maintenant c’est toute l’économie de la presse qui va mal. La grande distribution veut tout concentrer pour augmenter encore des profits biens juteux. Mais un marché concentré, c’est un marché de situation de monopole.

Arrêtez de tuer les petits commerces de proximité, arrêtez de faire passer des pharmaciens ou des buralistes pour des nantis… Nous ne fréquentons pas les mêmes hôtels que les grands patron de la distribution et nous ne voyageons pas en jet privé et il est vrai que nous ne pouvons pas inviter les décideurs à des séminaires de travail au bord d’une plage paradisiaque pour démontrer à quel point le monopole des autres est nocif.

Mesdames et messieurs les « petits » élus de nos villes, ne laissez pas faire les soit disant bien pensant qui tuent nos communes et redonnez vie aux centres de nos villes et de nos villages au risque d’y trouver un pharmacien (ouvert) un peu trop riche selon des critères bien subjectifs. Ne laissez pas nos puissants avoir le monopole de la mort de nos villes…

Cyrille Geiger

le-depart-annonce-des-pharmacies-continue-de-faire-debat

, ,

À propos de Cyrille Geiger

Cyrille Geiger, 42ans, buraliste à Paris depuis 10 ans. Président des buralistes de Paris Nord. Administrateur de la Confédération Nationale des Buralistes. Président de la commission téléphonie et produits dématérialisés de la confédération. J'assume ma liberté de ton. Ce blog reflète mes points de vue et n'engage que moi. Il ne traite pas de politique ni de santé. Je défends avec mes mots les intérêts économiques et sociaux de ma profession.

Voir tous les articles de Cyrille Geiger

Les commentaires sont fermés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus