Convainre ou contraindre?

13 novembre 2014

1/ Vie professionnelle

Après quelques jours de fêtes familiales, tout en étant resté mobilisé contre les amendements Delaunay et la Loi Touraine, je reprends mes activités de blogueur et de commentaire de notre actualité.

Merci à toutes celles et tous ceux qui me suivent régulièrement.

L’heure est grave car nous attendons les votes du Sénat sur l’amendement Delaunay, mais aussi sur les nouveaux amendements déposés pour son retrait ou pour alourdir encore la fiscalité des tabacs.

Les buralistes sont toujours mobilisés et mobilisables en fonction des résultats des votes. Il semble que les députés aient été marqué par l’accueil du Secrétaire d’Etat Eckert au congrès de buralistes et commencent de fait, à se sentir concernés par le triste spectacle politicien dont les buralistes sont les victimes.

Reste, au delà du peu de crédibilité qu’a l’Assemblée en votant un amendement dans un hémicycle quasi vide en journée et en semaine, une question de Société.

Chaque jours sur mon blog, auprès de mes collègues ou auprès de mes concitoyens, je tâche de convaincre et d’argumenter pour proposer une vision économique et politique du réseau des buralistes en acceptant des politiques de lutte contre l’entrée dans le tabagisme, mais en aucun cas une politique  qui ne tienne pas compte de la globalité du marché. Il y a une différence énorme entre la baisse des ventes de tabac chez les buralistes et la baisse de la consommation, tant, les achats hors réseau ont pris des proportions non acceptables pour n’importe quel responsable politique « normal ».

Mais face à ce choix de la recherche de convaincre, certains politiques préfèrent contraindre. C’est le cas de mesdames Delaunay et Touraine. Sous couvert d’une prétendue légitimé politique (un ministre est nommé mais pas élu), plutôt que de chercher à convaincre avec de la pédagogie et un plan d’action basé sur l’éducation des jeunes, les édiles préfèrent passer en force et contraindre en augmentant les prix ou en imposant des méthodes qui n’ont pas prouvé la moindre efficacité ni en Australie, ni dans un pays carrefour d’une Europe en construction mais dont les entreprises ne vont pas aux mêmes rythmes.

Rappelons qu’on nous impose de prendre de l’avance sur la prochaine directive tabac alors même que 80% des pays européens n’appliquent pas encore l’ancienne directive.

Alors convaincre ou contraindre? Tous les spécialistes de la santé savent que pour qu’une thérapie soit efficace sur le long cours, il convient que le patient comprenne son intérêt. Sous la contrainte, le résultat est parfois probant à court terme mais, rapidement, on cherche à contourner le protocole pour retrouver un plaisir dont on a voulu nous privé.

Enfin, et cet argument me tient à coeur, la contrainte est le mode de fonctionnement des dictateurs alors que la conviction est l’art le plus noble de la politique démocratique qui vise à motiver le peuple à accompagner l’évolution de notre société.

Mesdames Delaunay et Touraine ont des méthodes punitives qui marquent les esprits mais qui, au delà de tuer des milliers d’entreprises, ne règlent pas le problème du tabagisme.

contrainte

, ,

À propos de Cyrille Geiger

Cyrille Geiger, 42ans, buraliste à Paris depuis 10 ans. Président des buralistes de Paris Nord. Administrateur de la Confédération Nationale des Buralistes. Président de la commission téléphonie et produits dématérialisés de la confédération. J'assume ma liberté de ton. Ce blog reflète mes points de vue et n'engage que moi. Il ne traite pas de politique ni de santé. Je défends avec mes mots les intérêts économiques et sociaux de ma profession.

Voir tous les articles de Cyrille Geiger

Les commentaires sont fermés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus