Un projet de solidarité professionnelle.

solidariteNotre organisation professionnelle est une organisation importante avec un taux d’adhésion au syndicat de plus de 90%. Nous avons obtenu, grâce à cette solidarité, de nombreux résultats tels que les contrats d’avenir, la subvention sécurité, le gel des ouvertures de bureaux de tabac ou plus récemment l’abandon du projet Delaunay. Sur Paris, nous sommes toujours en première ligne à propos des terrasses qui restent un sujet sensible avec la mairie.

Pour autant, nombre de buralistes cotisants disent ne pas suffisamment comprendre l’action syndicale, voir considèrent le travail des élus comme peu utile. Et la raison en est simple: ils considèrent que les élus ne sont pas assez proches de leurs mandants. Si c’est probablement vrai, c’est aussi parce que tous ces élus sont buralistes et doivent gérer leurs propres entreprises. Nous devons donc réfléchir à de nouveaux moyens de communications pour permettre chaque buralistes d’accéder à l’information qu’il souhaite avec le niveau de précision qu’il veut. Bien enendu, notre presence auprès des collègues en difficulté doit être renforcée car c’est chez eux que nous devons être particulièrement présents.

Twitter, Facebook, les alertes SMS mises en place par Gérard Bohélay, des informations urgentes par email et bien sur notre magazine « Buralistes » doivent être repensés pour permettre aux buralistes de communiquer avec leurs élus et réciproquement. Une vraie stratégie de communication digitale doit être réfléchie et mise en place.

Mon projet est aussi de motiver la famille des buralistes à s’unir et à s’impliquer plus encore dans notre organisation. Les buralistes d’origines étrangères doivent trouver pleinement leur place dans la maison des buralistes. Notre grande famille est une famille recomposée et tous ses membres doivent y trouver leur place. Nous avons tous les mêmes problèmes et recherchons tous les meilleures solutions. Notre union fera notre force. Arrêtons les stéréotypes et construisons une famille solide et solidaire en acceptant nos différences qui peuvent aussi être une source d’enrichissement.

Notre solidarité est indispensable car ensemble, nous pourrons relever les défis de demain.

C’est aussi pour cela que je souhaite renforcer le lien entre les élus de la profession pour qu’ils ressentent notre solidarité, pour partager nos expériences, nos informations et nos façons de communiquer avec nos collègues. Nos rencontres doivent aller au delà des Conseils d’Administration qui sont nécessaires au bon fonctionnement de notre syndicat mais qui ne permettent pas d’aller au fond des sujets qui nous sont chers. Je souhaite remettre à l’ordre du jour des séminaires de réflexions. Cela a un coût modéré, mais il faudra trouver des économies à faire dans le cadre d’un audit interne pour le financer. J’assume pleinement ce choix de solidarité entre celles et ceux qui se mobilisent pour défendre notre profession.

Le rôle du Président de notre syndicat, c’est d’être force de propositions bien entendu, mais aussi d’avoir une oreille attentive à toutes les idées et propositions pour savoir porter les bonnes idées projets des buralistes et les défendre, les promouvoir. Pas question de tirer la couverture vers soi, juste porter les meilleurs projets pour les buralistes d’Ile de France.

Notre syndicat doit renforcer ses relations avec ses interlocuteurs: partenaires du réseau, mais aussi Chambre de Commerces, Mairies, Départements et Régions quelles que soient es couleurs politiques des uns et des autres. Le 1er commerce de proximité doit participer à tous les débats sur l’aménagement du territoire et sa parole doit avoir du poids.

Nous devons aussi renforcer nos relations avec les corporations amies de la profession, pour ne pas dire qui sont de notre famille. Je pense à l’UNDP pour la presse, mais aussi au Synhorcat et à l’Umih pour la restauration. Nous avons de nombreux intérêts en commun, il convient de travailler ensemble, en particulier sur l’Ile de France qui compte de très nombreux bar-tabacs.

Notre syndicat est une organisation patronale professionnelle de branche. Notre rôle n’est pas d’être une organisation politique: nous n’avons pas vocation à être de droite ou de gauche, nous avons vocation à défendre les intérêts de notre corporation et devons, à ce titre, pouvoir discuter avec tous les élus et toutes les organisations politiques.

Vous le voyez, mes chers collègues, je revendique un projet ambitieux mais réalisable: Il n’est pas question de promettre l’inaccessible étoile. Mon ambition est de bien tenir notre maison et de la préparer à fonctionner dans les années à venir en intégrant les grandes mutations de notre réseau.

Le syndicat des buralistes du Grand Paris est une belle organisation. Ce sont les femmes et les hommes qui la composent qui en feront un outil encore plus performant au service de tous les buralistes adhérents. Choisir un Président, c’est aussi choisir une vision, un état d’esprit, une capacité à mobiliser et à convaincre. J’ai choisi d’être candidat car je pense avoir les qualités utiles et nécessaires à la réussite de la mutation de notre syndicat pour relever les défis à venir.

Cyrille Geiger

, ,

À propos de Cyrille Geiger

Cyrille Geiger, 42ans, buraliste à Paris depuis 10 ans. Président des buralistes de Paris Nord. Administrateur de la Confédération Nationale des Buralistes. Président de la commission téléphonie et produits dématérialisés de la confédération. J'assume ma liberté de ton. Ce blog reflète mes points de vue et n'engage que moi. Il ne traite pas de politique ni de santé. Je défends avec mes mots les intérêts économiques et sociaux de ma profession.

Voir tous les articles de Cyrille Geiger

Les commentaires sont fermés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus